Background Image

Plaisance se réjouit de la gestion future des chutes par la Sépaq

Plaisance se réjouit de la gestion future des chutes par la Sépaq

La prise en charge éventuelle du parc des chutes de Plaisance par la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) réjouit le maire de Plaisance.

En entrevue avec le Journal Les 2 vallées, Christian Pilon a qualifié de «bonne nouvelle» l’intégration future du majestueux site au parc national de sa municipalité.

Rappelons qu’Hydro-Québec, qui était propriétaire des terrains, a cédé le parc naturel au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. La transaction a été officialisée par décret ministériel à la fin de l’été

L’objectif avoué derrière cette transaction est de permettre l’agrandissement prochain du parc des chutes.

Une fois le projet à terme, dans quelques années, la Sépaq aura la tâche d’administrer les lieux, qui feront à compter de ce moment partie intégrante du parc national de Plaisance.

D’ici là, le parc aux chutes d’une dénivellation encore plus élevée que celles du Niagara continuera à être géré par le Centre d’interprétation du patrimoine de Plaisance.

«Le parc national de Plaisance devrait en prendre possession dans environ trois ans, souligne le maire Pilon. Ce sera bon pour Plaisance, pour les commerçants. On croit que ça va amener davantage de touristes.»

Il estime que cette décision du gouvernement québécois permettra de faciliter et d’accélérer le développement des lieux déjà fréquentés bon an mal an par des milliers de visiteurs dès la fonte des neiges.

Au cours des trois dernières années, indique le maire, le Centre d’interprétation du patrimoine profitait d’une subvention annuelle de l’État de l’ordre de 60 000$. Celle-ci ne sera toutefois pas renouvelée en 2019.

«On croit qu’avec la Sépaq, le développement du parc des chutes va se faire plus facilement. On aurait aimé le développer nous-mêmes, mais on n’aurait pas pu injecter les centaines de milliers de dollars nécessaires», indique M. Pilon.

«Le plan de match n’est pas encore établi à 100%, mais on aimerait  que le Centre d’interprétation soit intégré au parc national», note-t-il par ailleurs.

Pour l’heure, on ignore à quel moment les travaux d’agrandissement se mettront en branle et en quoi ils consisteront précisément. Québec devrait offrir un échéancier à la Sépaq dans plus ou moins un an, confirme la directrice du parc national de Plaisance, Isabelle Croteau.

Texte rédigé par Michel Moyneur du Journal les 2 Vallées.

Mont-Tremblant

1h30 du Mont-Tremblant

Montréal

1h30 de Montréal

Ottawa

1h d’Ottawa

Le lien de réinitialisation de votre mot de passe vous sera envoyé par courriel